Ben oui, Raymond, les feuilles ça se met en tas, puis, le vent du nord les emporte et tout est à recommencer.

Faut ratisser large avec toi !