07 mars 2017

Aujourd'hui leçon à apprendre par cœur

 

T'es un marrant, Raymond, juste le contraire de mon prof de thermodynamique qui déclarait : "Ça ne sert à rien d'apprendre le cours par cœur si vous n'y comprenez rien !"

C'est vrai que lui, il s'appelait Oscar, ce lascar !

Que veux-tu, quand le cœur n'y est pas...

 

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


06 mars 2017

Aujourd'hui il faudrait réparer

 

Comme le soulignait l'Adrienne hier, t'es pas toujours très clair Raymond !

S'agit-il de réparation physique, par exemple refixer le couvercle de la boîte à pain qui s'est fait la malle inopinément, ou de réparation morale comme présenter mes excuses les plus plates à mes lecteurs qui attendent patiemment que tu te décides ?

C'est quand tu veux, Raymond !

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mars 2017

Aujourd'hui pensée parasite

 

Pensée parasite ?

Voilà qui est singulier, Raymond !

Il me semble que la majorité de mes pensées sont parasites : elles semblent surgir de nulle part et sont rapidement chassées par d'autres d'origine tout aussi mystérieuse.

Faut vraiment qu'un individu me demande de me concentrer sur un sujet particulier pour y mettre un peu d'ordre et de logique.

Mais ce n'est qu'un bref répit, d'une petite centaine de mots.

Et franchement, le sujet d'aujourd'hui, sur ce plan, c'est limite hein, Raymond !

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2017

Aujourd'hui oreilles

 

Tu peux dormir sur tes deux, Raymond !

Il s'en dit de belles à ton sujet sur les réseaux sociaux, mais t'inquiète, c'est tombé dans l'oreille d'un sourd !

Et comme en plus on m'appelle Walrus de zwijger...

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mars 2017

Fragment d'aujourd'hui raconté en statistique

 

Statistiques ?

Tout  au plus quelques comptages, Raymond !

Les statistiques supposent une quantité d'observations suffisante et en un jour...

Sauf à mesurer régulièrement ma pression systolique, la diastolique  et mon pouls, mais comme  j'ai pas que ça à foutre...

Donc, plutôt une sorte d'inventaire comme celui de ton ami Jacques.

Et je t'avertis d'emblée : j'ai pas de raton-laveur !

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


02 mars 2017

Aujourd'hui difficile de

 

Difficile de savoir ce que veut le chien :

Il grogne, aboie, pousse des gémissements, gratte mon genou, court en rond, me fait des yeux de cocker bien qu'il soit un Jack Russel, secoue énergiquement le chiffon qu'il tient dans la gueule...

Je suis perplexe, Raymond !

Si tu peux aider...

 

P1060868

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mars 2017

Aujourd'hui un compliment

 

Ah, Raymond, tu me plonges dans des souvenirs, là !

Quand j'étais tout jeune, à l'occasion du nouvel-an, l'instit (on disait le maître) nous faisait apprendre un petit bout rimé.

Si c'en était resté là, ce n'aurait pas été très grave; l'ennui, c'est que mes parents m'obligeaient à le réciter au reste de la famille et aux amis et connaissances :

"Vas-y, récite ton compliment !"

L'horreur !

T'en foutrai des compliments, moi, Raymond !

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

28 février 2017

Aujourd'hui froid

 

... et humide, Raymond !

Que veux-tu, ici, c'est le nooord,

Galabru nous avait prévenus !

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

27 février 2017

Aujourd'hui est un slogan publicitaire pour vous vendre

 

Je crains qu'Aujourd'hui soit un slogan peu vendeur, Raymond,

Même pour une marchandise aussi recherchée que moi.

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2017

Aujourd'hui machines

 

Au pluriel de surcroît, Raymond !

J'en ai même pas croisé une singulière de toute la journée.

Alors, que veux-tu que je te raconte...

Tu m'aurais demandé ça hier, je t'aurais parlé de ces merveilleux automates des stations-service d'autoroutes où la commande d'un café est un parcours du combattant que même celui du clandestin syrien demandant le statut de réfugié en Hongrie, c'est de la gnognotte à côté, tout ça pour finir par t'annoncer que le stock de gobelets est momentanément épuisé...

Mais aujourd'hui, nada !

Tiens, tant qu'à faire, t'en connais toi, Raymond, des machines à scions ?

 

Posté par Walrus à 09:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :